GUERRE 14-18

Commémoration de la guerre 14-18

Share Button

Le cinéma aura été un des grands acteurs des Commémorations du Centenaire de la Grande Guerre.

Il a su, à sa manière, par la création artistique, en racontant des histoires, faire voir et ressentir ce qu’ont vu et ressenti les poilus et ceux qui les aimaient.  En donnant des visages, des corps, de la chair, à ces hommes et ses femmes, il leur a rendu leur humanité. Ils étaient des noms sur nos monuments aux morts, des chiffres dans nos manuels, ils sont devenus nos semblables et leur histoire, notre Histoire.

Pour les commémorations de cette année, L’Atalante, en accord avec La Ville de Morteau et la CCVM, propose Les Gardiennes de Xavier Beauvois et Le Collier rouge de Jean Becker.

Deux œuvres qui abordent des thèmes proches, mais sous des angles et avec des écritures cinématographiques très différents.

gardiennes 3

Les Gardiennes, que L’Atalante a déjà programmé, est un très beau film. Il s’étire au rythme des saisons, des travaux des champs, de la longue attente des hommes, des nuits sans eux, de cette guerre interminable qui, alors que tout semble immuable, est en train de tout changer : les hommes par la guerre, les femmes qui ont pris leur place, le travail de la terre, les mœurs. Un film de femmes et d’actrices, magnifiées par des plans larges, comme dans ces scènes champêtres et paysannes qui rappellent les tableaux de Jean-François Millet. Des peintures que la guerre va craqueler.

  •   Samedi 10 novembre à 20h00

en présence de Jean-Michel Blanchot, historien et Pascal Binétruy, critique à la revue Positif, qui échangeront avec le public à l’issue de la projection.

© Alain Guizard / ICE 3. Tournage du film "Le Collier Rouge", réalisé par Jean BECKER. Montbron, Place du Château, le 20 juin 2017.

Le Collier rouge, adapté d’une merveille de petit roman de Jean-Christophe Rufin, s’inscrit dans la veine du cinéma populaire de qualité. L’histoire qu’il raconte simplement est vraie, belle et émouvante. On y croise un héros cabossé par la guerre, une femme infidèle malgré elle, un chien fidèle malgré tout, un juge qui comprend au lieu de juger, des planqués de l’arrière qui jouent aux patriotes…

Le Collier rouge, c’est du bon cinéma, sympa et… instructif. On y apprend, entre autres enseignements sur la Grande Guerre, qu’elle ne s’est pas achevée le 11 novembre 1918. On se battait et on mourrait encore en 1919 sur le Front d’Orient.

Du bon cinéma avec des acteurs que l’on a plaisir à retrouver : François Cluzet, Nicolas Duvauchelle… A voir en famille !

  • Dimanche 11 novembre à 18h00

en présence de Jean-Michel Blanchot, historien, qui échangera avec le public à l’issue de la projection.